Un retour sur Bones

Samedi dernier, J’ai eu l’honneur et le privilège de donner mon tout premier cours particulier de peinture de figurines (merci Anaïs, merci Laurent) ! Comme je ne savais pas trop sur quel support faire mes démonstrations, j’ai exhumé de la pile de figurines à peindre un carton de Bones, la toute récente gamme de figurines en plastique de Reaper.

20150315_bones_01

Je ne finirai probablement jamais la peinture de cet affreux ranger

Pour rappel, Reaper a organisé deux campagnes de financement participatif, en août 2012 et en octobre 2013, pour financer la production de Bones, une gamme dans laquelle nombre de figurines du catalogue traditionnel font leur retour, dans une espèce de plastique mou. Ces campagnes dont le succès a été considérable, ont permis à Reaper de lever plus de 6,5 millions de dollars.

Pour comparaison, la figurine de Mason Thornwarden, avant et après son passage à Bones :

03500_w_1

77090_w_1

La restitution de la gravure est objectivement déplorable. Ce n’est pas du tout cette qualité-là que je recherche.

J’ai voulu tester l’application de peinture directement sans sous-couche, car j’avais lu ici que c’était possible : ça ne marche absolument pas pour moi ! La peinture se rétracte comme sur une surface grasse. Ce n’est qu’une fois nettoyée avec du liquide vaisselle, puis recouverte d’un voile de sous-couche passée à la bombe que la figurine se laisse peindre normalement.

Bref, Bones, pour moi c’est pas l’extase, mais pour certaines démonstrations (pose des lumières, peinture dans le frais…), ça peut s’envisager…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *