La Seraphim accrochée à sa poignée

Juchée sur son socle, la Seraphim était très délicate à peindre : centre de gravité éloigné de ma main, jambes et dos de la figurine difficiles d’accès, etc. J’ai préféré déchausser la partie haute du muret et l’ai fixée à une poignée de peintre Citadel. L’accessoire s’est révélé tout à fait adapté, à ma grande joie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *